Protection des œuvres d’arts

EOLIOS Ingénierie vous apporte son expertise internationale dans la préservation climatique des œuvres d’arts

Expertise

Poursuivre la navigation :

Table des matières

Nos dernières actualités :

Simulation CFD – Bercy Accord Hôtel Aréna
EOLIOS innove dans l’industrie
EOLIOS est dans le magazine Challenges !

Nos projets :

Mesures des poussières fines
Désenfumage – CHU
Data Center – GAZ NOVEC

Nos domaines d'intervention :

Conception du traitement climatique pour les musées et collections privées

Le traitement climatique pour la préservation des oeuvres

La protection des œuvres d’art est complexe et délicate. La clé réside dans la « protection préventive », qui signifie de surveiller efficacement l’environnement de conservation des œuvres d’art pour obtenir un environnement stable avec une température et une humidité constantes, ainsi qu’un environnement propre limitant les poussières.

L’exposition et le stockage des œuvres d’art est complexe en raison de leur rareté, de leur caractère extrêmement précieux et presque tout autant sensible à l’impact de l’air. Certaines œuvres historiques nous parviennent aujourd’hui telles que des inscriptions, des morceaux de bâtiments, des outils, des pièces de monnaie, des ustensiles de vie et diverses œuvres d’art. C’est parce qu’elles ont généralement été stockées de manière particulière (enterrées…), voire découvertes récemment, qu’elles ont pu traverser ces « nombreuses années » et parvenir jusqu’à nous.

Quel est l’impact de l’air sur les oeuvres ?

Les manifestations spécifiques généralement sont les suivantes :

  • Pollution corrosive causée par un air ambiant impur (pollution ) ;
  • Dommages physiques causés par une température et une humidité ambiantes basses ou élevées ;
  • Dommages irréversibles et permanents causés par de fortes fluctuations de la température et de l’humidité de l’air ambiant.
Par conséquent, qu’il s’agisse d’un musée, d’une salle d’exposition temporaire, d’une collection d’art personnel ou d’une collection d’art privée, l’environnement de stockage de la collection doit être strictement contrôlé pour fournir un environnement optimal pour la collection. Quelque soit la méthode utilisée, la température et l’humidité de l’air ambiant doivent être ajustées en fonction des différentes exigences de stockage de la collection.

Combiner l’impact du public et la préservation des oeuvres

Quel traitement climatique adopter dans la préservation des oeuvres ?

Il est difficile de concilier confort thermique des visiteurs et préservation des oeuvres : tout comme les personnes qui ont besoin d’une température appropriée et d’une bonne qualité de l’air, les œuvres d’art ont également besoin d’un environnement spécifique pour être préservées intactes.

Pour les musées, la température de climatisation n’est pas décidée au hasard par le responsable CVC, et la régulation des ambiances n’est généralement pas réalisée pour le bien être des touristes. Bien que cette réponse puisse sembler explicite, la définition de la température est également compliquée, car les œuvres de textures, de matériaux et d’années de création différentes peuvent avoir des exigences différentes en matière de température.

En raison des exigences de protection de ces oeuvres historiques, la température dans les halls d’exposition peut être contrôlée à 18°C-22°C toute l’année ou les oeuvres positionnées en vitrine climatisée. Ainsi le maintien de bonnes conditions climatiques dans les musées s’avère complexe.

Cracquelure - peinture ancienne - dégradation - variation climatique - solutions
Illustration de dégradation d’une peinture liée au mauvais traitement climatique

Des ambiances climatiques différentes pour chaque œuvre

Des conditions climatiques particulières à maintenir pour chaque œuvre

Par exemple, les fibres naturelles telles que le bois, le papier, le coton, le lin et la soie couramment utilisées dans les peintures et calligraphies anciennes ont généralement des exigences de températures plus strictes. Une température élevée peut provoquer de la condensation et un gonflement de l’œuvre, tandis qu’une température basse peut provoquer la fissuration du matériaux, craquelures ou rides.

Dans l’art contemporain, certaines œuvres conceptuelles et expérimentales seront recyclées ou détruites selon les idées de l’artiste après avoir été exposées, le contrôle de la température n’est donc pas nécessaire. D’autres s’appuient directement sur les mouvements d’air de la salle d’exposition pour transcender ces flux d’air de ces systèmes généralement masqués.

Gestion de l’humidité relative dans la préservation des œuvres

En plus de la température, l’humidité relative (HR) a également un impact très important sur la collection, notamment l’humidité spécifique dans une zone de l’espace. Si l’humidité relative est trop élevée, des champignons et des moisissures peuvent se développer ; les tissus de lin et de soie se décolorent facilement ; les ouvrages en métal tels que le cuivre et le fer sont faciles à rouiller ou à se corroder. Si l’humidité relative est trop faible, la peinture à l’huile montée sur des cadres en bois peut provoquer des fissures en surface dues à la déformation de la planche de support en bois.

Dans ce cadre, étant donné que la température entraîne des changements d’humidité relative, les normes internationales de température et d’humidité pour les musées et les galeries d’art sont généralement formulées selon des normes précises.

Globalement, l’humidité relative intérieure doit être comprise entre 45% et 55%, et permettre chacune un écart de 5%, soit de préférence entre 40% et 60% ; la plage de température doit être comprise entre 18°C et 22°C. Des paramètres plus fin peuvent être exigés en fonction des oeuvres.

Bien entendu, ces valeurs ne sont pas absolues. Il y a une explication supplémentaire à cela ; c’est-à-dire que certaines œuvres doivent être ajustées en fonction de la situation réelle par contrôle, et les exigences des conditions de stockage des œuvres prêtées doivent être finalisées après consultation des conservateurs.

Oscillation journalière des températures

Un autre point très important est de minimiser les fluctuations brutales de ces paramètres. Indépendamment de la température et de l’humidité, une augmentation ou une diminution soudaine peut causer des dommages irréversibles aux collections.

L’inertie thermique est en général meilleure dans les édifices anciens et la stabilité climatique y est plus facile à contrôler avec des moyens légers que dans des bâtiments récents avec beaucoup de vitrages.

Une salle ouvrant sur l’extérieur sera soumise à de grandes variations climatiques et devra être précédée d’un sas. Pour tout type de bâtiment, il convient de ne jamais ouvrir inconsidérément les portes ou fenêtres lorsque les conditions ambiantes extérieures et intérieures sont très différentes. La simulation CFD permet d’analyser l’impact de l’ouverture de portes extérieures lors de l’installation de nouvelles oeuvres.

L’influence des expositions temporaires avec une surdensité de visiteurs doit être prise en compte sur l’usage des halls d’expositions.

Play Video

Impact des poussières

L’air ambiant véhicule des gaz, des poussières et des micro-organismes qui viennent se déposer sur et dans les œuvres. Les poussières sont des particules extrêmement pénétrantes qui sont à l’origine de nombreuses dégradations. A l’air libre, il est difficile, voir impossible de supprimer la poussière qui est générée par la dégradation des matériaux et est véhiculée par les visiteurs. Ici, c’est la stabilité des mouvements d’air qui est importante. En effet, au fil du temps la poussières se dépose dans les différentes zones mortes de la galerie ; or la mise en mouvement de l’air par la création de courants d’air (ouverture de porte par exemple) est susceptible de décrocher les couches de poussières inaccessibles à la maintenance et accumulées dans le temps favorisant alors la pollution des œuvres.

Optimiser les paramètres climatiques par la simulation CFD

Nous étudions la mise en œuvre des conditions climatiques dans leur ensemble afin de garantir la préservation optimale des oeuvres d’arts. Nous réalisons des simulations CFD de manière à informer les conservateurs des différents impacts provoqués par les dérives d’un mauvais contrôle climatique.

Play Video

Génie Climatique : sur le même sujet